Vous désirez investir mais ne savez pas où? Vous avez plusieurs options d’investissements fiscalement avantageux qui vous accordent des déductions, crédits d’impôts et même des subventions. Pour faire le bon choix, faut-il encore connaitre le fonctionnement de chacun.

Tout d’abord, il faut comprendre que chacun des régimes présentés a pour avantage principal de vous exempter d’impôt sur les rendements tant et aussi longtemps que vous ne retirez pas les fonds du compte.

Voici les 3 comptes les plus populaires:

REER

Le bon vieux REER, largement incompris et pourtant il fait partie des outils les plus puissants en planification fiscale. Quel est le traitement de chaque transaction REER exactement?

  • À la cotisation: Chaque 1$ cotisé à un REER réduit votre revenu imposable de 1$ et par conséquent un plus grand remboursement. 
  • Accumulation: Le revenu que génère un REER est exempté d’impôt tant et aussi longtemps qu’il n’est pas retiré. 
  • Au retrait: Lorsque vous décidez de retirer,  vous payez l’impôt sur la totalité de votre retrait.

Là où c’est intéressant:

  • Si votre taux d’imposition est plus petit au retrait qu’à la cotisation.

Malheureusement, les mauvaises idées circulent souvent sur le REER. C’est pourquoi nous vous invitons à lire notre article ‘’Vrai ou faux? Les mythes sur les REER’’

CELI

Le fonctionnement du CELI est bien plus simple que tous les autres régimes présentés dans cet article. 

  • À la cotisation: Rien ne se passe.
  • Accumulation: Au même titre que les REER, les rendements générés dans un CELI sont exemptés d’impôts lors de cette étape.
  • Au retrait: Rien ne se passe. C’est un compte libre d’impôts.

Là où c’est intéressant:

  • Si vous avez des fonds dormants dans votre compte de banque.
  • Si vous avez des investissements sur lesquels vous payez un impôt à chaque année.

Généralement, le CELI est considéré comme le compte par excellence où vous détiendrez vos fonds d’urgence. La sagesse commune veut que vous y investissiez l’équivalant de vos besoins financiers de 3 à 6 mois pour commencer et en faites une priorité une fois que les autres comptes sont maximisés.

REEE

Si vous avez un enfant mineur, vous avez sûrement déjà entendu parler du REEE. Le compte est dédié aux études futures de l’enfant. Le gel ou non du compte dépend du régime que vous choisissez, et c’est là que réside toute la difficulté. De manière plus générale:

  • À la cotisation: Le gouvernement ajoute une subvention de minimum 30% + 100$.
  • Accumulation: Les rendements générés sont exemptés d’impôts.
  • Au retrait: L’enfant est imposé sur la partie rendement et subvention seulement.

Là où c’est intéressant:

  • Votre enfant paiera probablement un impôt minime ou nul au retrait.

Le REEE devrait être une priorité au même titre que les REER dû aux subventions très avantageuses qui finissent souvent non imposées. Cependant, magasinez bien le type de régime qui vous convient si vous avez une inquiétude quant à la probabilité que votre enfant fréquente ou non le cégep ou l’université.

Les autres régimes

Outre les 3 les plus populaires mentionnés, il en existe une multitude:

  • Capital Régional Desjardins: Crédit d’impôt de 35%
  • REEI: Subvention pouvant aller jusqu’à 300% pour les personnes handicapées.
  • RRI: Des calculs actuariels sont utilisés pour déterminer l’avantage. En règle générale, si vous avez plus de 40 ans et avez une entreprise incorporée, le RRI peut s’avérer plus intéressant que le REER.
  • Fond de travailleurs: À les mêmes avantages fiscaux qu’un REER en plus d’un crédit d’impôt de 30 et 35% selon le choix de fond.

Comment faire un choix?

D’une vision purement fiscale, votre choix devrait être basé sur le régime qui vous procure le plus grand avantage fiscal. Sur un plan plus large, il est possible de combiner plusieurs de ces régimes pour une chaine de réaction d’avantages fiscaux. Votre cotisation REER par exemple pour vous faire gagner sur 3 fronts dans l’immédiat:

  •  Augmentera votre remboursement d’impôts qui pourra être cotisé en CELI.
  • Diminuera votre revenu, ce qui pourrait augmenter la subvention REEE
  • Augmentera vos allocations pour enfants qui pourront être réinvestis en REEE

Avant d’établir un plan d’action, voici les questions à se poser:

  • Quelle est la situation dans les moindres détails (Familiale, fiscale, financière…)
  • Y’a-t-il des avantages fiscaux récupérables dans l’immédiat seulement?
  • Quelle est la capacité financière du client?
  • Quels sont les objectifs? Les plans futurs?

Lorsque nous travaillons avec nos clients, les réponses à ces questions nous permettent d’établir un plan d’actions clair. Et il n’est pas rare que les résultats soient surprenants.