Avez-vous déjà pensé à emprunter afin de cotiser à votre REER?   Pour plusieurs, cette idée peut sembler saugrenue d’autant plus que vous devriez débourser les intérêts et rembourser la dette directement de vos poches, mais ne verrez la couleur de votre argent qu’à la retraite.

Bien que la situation de chacun soit différente, l’idée vaut tout de même la peine d’être considérée. Voici 3 bonnes raisons qui pourront faire reconsidérer les plus sceptiques.

1. Rendement composé vs amortissement

Comme pour la majorité des placements, le rendement de votre REER augmentera de façon exponentielle. Quant à votre dette, elle sera amortie avec un intérêt à payer de plus en plus petit à travers le temps. Prenons un exemple pour mieux illustrer la situation.

Marie-Ève a emprunté 10 000$ pour le placer dans ses REER pendant 5 ans. Son prêt est à 4% d’intérêt pour 5 ans. Et s’attend à ce que son REER lui rapporte très théoriquement 4%/année (même taux). Suite à quelques calculs rapides, voici les résultats :

Son REER vaudra 10 400$ la 1re année, 10 816$ la 2e et 12 166$ à la 5e. Si Marie-Ève s’arme de patience, 32 434$ en 30 ans.

D’un autre côté, elle paiera 366$ d’intérêt en 1re année, 291$ la 2e et 1 050$ au total.

Au bout de 5 ans, Marie-Ève aura fait un profit de 2116$. Et un autre 20 000$ 25 ans plus tard. La formule magique est le temps.

2. Remboursement d’impôt et TEMI

L’atout majeur du REER est de vous permettre d’avoir un retour d’impôt immédiatement. Ce remboursement d’impôt peut vous servir à payer une partie de votre dette ou bien de le réinvestir. Bien évidemment, si vous en avez les moyens, nous conseillerons toujours de réinvestir cette somme pour les mêmes raisons que dans le 1er point.

De plus, avec une bonne planification et un montant de REER optimal, votre cotisation REER peut vous donner droit à une multitude de montants autre que l’impôt. Cette déduction peut augmenter vos montants de TPS, crédit de solidarité ou allocations pour enfants à recevoir. Ce qui vous donne accès à une économie d’impôt qui peut dépasser les 90% dans certains cas. C’est comme un 2 pour 1 fiscal.

Bien souvent, ces bonbons sont déclenchés en cotisant des sommes intéressantes, ce qui requiert souvent un prêt. Lisez notre article sur le sujet

3. L’inflation

Parmi les inquiétudes les plus souvent exprimées par nos clients on retrouve l’imposition du REER lors du retrait. De toutes les manières, l’impôt devra être payé, nous dit-on. Oui et non. le dollar d’aujourd’hui n’équivaut pas le dollar de demain.

Revenons à Marie-Ève qui a emprunté 10 000$. Elle a reçu un remboursement d’impôt de 4 000$ (40%). Et prévois payer le même 4 000$ lors du retrait dans 30 ans à sa retraite. Cependant, sachant que l’inflation est stabilisée à 3% en moyenne, ce 4 000$ dans 20 ans aura une valeur de 1648$ des dollars de nos jours.

Encore une fois, le temps est une formule magique.

Conclusion

Emprunter pour investir est un conseil bien commun dans le monde de la planification financière. Avant de vous lancer à l’emporte-pièce, assurez-vous que le montant que vous emprunterez ne nuira pas à votre qualité de vie financière. En ce qui concerne l’impôt, nous pouvons vous conseiller sur le montant de REER idéal à cotiser avec le service de conseil Express95  »Reera bien qui reera en dernier ».

Réservez votre consultation dès aujourd’hui