Au courant du dernier mois, j’ai reçu deux clients qui demandaient mon avis et des conseils concernant le démarrage d’une entreprise. Ils sont dans le domaine de la technologie, le premier étant dans le montage de jeux de lumière interactifs et le deuxième dans la géomatique. Deux domaines qui me sont totalement étrangers mais quelques conclusions intéressantes peuvent être tirées.

Crédits de RS&DE

Lorsqu’on me parle d’entreprise dans le domaine de la technologie, mon premier réflexe est de demander si certains procédés sont inventés ou améliorés. Je suis très loin d’être un connaisseur dans le domaine technologique mais si l’entreprise invente ou améliore des procédés, elle a de grandes chances d’être admissibles aux crédits de recherche scientifique et développement expérimental.

À mon humble avis, il n’y a pas meilleur qu’une personne à l’interne qui connait parfaitement les procédés pour faire la demande de ces crédits.

Subventions

Lorsqu’une entreprise démarre, elle peut être admissible à plusieurs milliers en subventions et/ou prêts. La partie difficile est de trouver ces subventions qui s’appliquent à vous. Voulez-vous des subventions pour démarrage d’entreprise? Engager votre premier employé? Inventer et améliorer des processus? Plusieurs subventions existent.

Pour avoir accès au maximum d’argent, il y a deux possibilités: faire affaire avec un professionnel qui sera payé entre 15 et 25% de l’aide reçue, ou consulter l’annuaire des subventions au Québec.

Transfert d’actifs

La plus grande erreur que je vois lorsqu’un ex-travailleur autonome s’incorpore est de ne pas transférer ses actifs à la compagnie. Dans les faits, ces actifs sont transférés mais pas sur papier. Je le dis et je le redis… et je le redis encore, il est important d’aviser Revenu Québec et Revenu Canada du transfert d’actifs. Ces actifs peuvent être composés de matériel informatique, de mobilier, de l’auto ou bien de l’achalandage.

La raison pour laquelle je mets l’emphase sur le transfert est l’économie incroyable d’impôts que cela procure. Prenons deux exemples, (simplifiés à des fins de compréhension) :

1- Si vous vous incorporez et transférez pour 45 000$ de matériel informatique (ordis, logiciels…) et auto, vous avez le droit de retirer ce 45 000$ sans aucun impôt à payer. Pour ce faire, il faut aviser Revenu Québec et Revenu Canada. Si la procédure n’est pas faite dans les temps ou selon les normes, et vous êtes imposés par exemple à 50%, vous paierez 22 500$ inutilement au gouvernement.

2- Si vous êtes travailleur autonome et vous vous incorporez, et que l’incorporation continuera à desservir les mêmes clients, on parle dans ce cas du transfert d’achalandage. Votre entreprise a acheté de la business d’une certaine façon. Si vous avez déjà, vous-mêmes acheté cette liste client en tant que travailleur autonome, le coût de cette liste clients peut être sorti de l’entreprise en franchise d’impôts.

Investissement et assurances

Si vous faites partie de ceux qui contribuent aux REER, il est important de mettre en place un système dès le début. En effet, une erreur majeure que plusieurs entrepreneurs commettent est de sortir un salaire ou un dividende, payer de l’impôt dessus et ensuite mettre ce qui reste dans les REER. Il est plutôt conseillé que l’entreprise verse directement les montants dans vos REER pour éviter un paiement en impôts.

Si vous détenez une assurance vie et/ou invalidité, il peut aussi être intéressant de considérer à transférer la propriété de l’assurance à l’entreprise. Parlez-en avec votre conseiller financier en même temps que de lui parler des REER.

En conclusion

Démarrer son entreprise, qu’elle soit en technologie ou autre, requiert une planification minutieuse et une expertise poussée à ne pas négliger sous peine de perdre quelques milliers de dollars.