Nous avons tous déjà vu Matrix ou bien Terminator. On sait que les machines prennent de plus en plus de place dans nos vies et que des industries entières sont menacées par les machines qui sont moins chères, plus précises et plus rapides à opérer. Mais qu’en est-il des comptables? Si on posait cette question en 1995, cette questions aurait fait beaucoup de sens et aurait soulevé beaucoup d’inquiétudes. Mais en 2016, on réalise que le comptable est une espèce qui s’adapte. La théorie de l’évolution prend le milieu professionnel de plein fouet de façon à éliminer les comptables les moins créatifs et encourager ceux qui travaillent à apporter plus de valeur à leurs clients.

Le comptable de 1995

 Il y a 20 ans, le comptable était le mal nécessaire par excellence. Une entreprise devait faire sa tenue de livres et on parlait encore de la faire sur papier. Les impôts se faisaient à la main. En gros, la seule valeur ajoutée qu’un comptable apportait est savoir comment faire le travail. Si on voulait avoir des conseils, planifications ou analyses, il fallait consulter les grands cabinets qui avaient des moyens à n’en plus finir. Et bien sûr, les petites entreprises ne pouvaient pas se le permettre.

Les machines en 2016

En 20 ans, beaucoup de choses ont changé. Aujourd’hui, un entrepreneur peut connecter à son logiciel et son compte de banque et faire une heure de tenue de livres par mois par lui même. Un service pour lequel il aurait payé 2000$ en 1995.

N’importe qui peut acheter un logiciel d’impôts et remplir les cases sur les T4. Il y a même des applications qui permettent de scanner le T4 et remplir la déclaration automatiquement.

Si on a une question comptable ou fiscale, Google est le meilleur allié.

Pour un comptable, un rapport pour un client prend maintenant 1 heure au lieu de 40 grâce aux canvas pré-rédigés. Un comptable coûte techniquement moins cher.

La vraie question est à quoi servent les comptables, fiscalistes, consultants et autres?

Le comptable en 2016

En 2016, le comptable est celui qui apportera la plus-value. Une plus-value développée grâce à un travail de réflexion et d’expertise. C’est celui qui sera en mesure de conscientiser les clients de leurs enjeux financiers, celui qui soutirera le maximum d’information du client afin de lui faire économiser un maximum, celui qui mettra le client en contact avec les professionnels des domaines connexes les plus fiables, celui qui pensera « outside the box« …

Le travail de comptable devient de moins en moins défini en 2016. Certes, il existe encore des comptables qui inscrivent manuellement transaction par transaction la tenue de livres. Il existe encore des comptables qui font manuellement le suivi des comptes. Il y a encore des comptables qui font les impôts de façon irréfléchie en remplissant bêtement des cases. Mais est-ce vraiment ce dont on a besoin?

Le client en 2016

 Le concept de valeur ajoutée est différent d’une personne à l’autre. Chaque personne a ses priorités et c’est là que devient complexe le travail du comptable en 2016. J’ai pour ma part relevé 3 profils de clients :

Le « Je Fais Tout » : Certains de mes clients sont passionnés, ils ont soif d’apprendre à gérer leurs finances par eux-mêmes, et je suis heureux d’avoir des clients impliqués. Par contre, ces clients, je leur conseille toujours de faire vérifier leur travail et de ne pas en faire trop afin de ne pas perdre de vue leur expertise à eux.

Ils sont généralement jeunes et très à l’aise avec la technologie.

Le « Je m’en Fouttiste » : Certains de mes clients placent une confiance aveugle en nous. Lorsque vient le temps de leur expliquer et de les conseiller, ça se complique. Leurs seules attentes sont d’avoir un travail conforme aux règles du gouvernement. Le travail du comptable devient principalement de l’éducation et de la conscientisation.

Ils sont généralement dans un domaine complètement différent par exemple la santé ou la construction.

Le « Créateur de Miracles » : Certains pensent qu’un comptable est un magicien des chiffres et qu’il peut tout deviner de leur situation. Mauvaise nouvelle, nous sommes seulement comptables. En effet, ce n’est pas de la magie, nous nous assoyons avec le client pour poser un maximum de questions pour avoir un maximum d’informations et testons plusieurs scénarios dans le cas d’une planification ou d’une déclaration d’impôts.

Quel est le rôle du comptable en 2016?

Comme mentionné, en 2016, le champ de travail d’un comptable est très large. Selon ma définition à moi, un comptable doit avoir la curiosité, l’expertise, l’entregent, la gestion de stress, la passion, la créativité, la proactivité… et plein d’autres qualités.

En effet, nous encourageons toujours nos clients à nous dévoiler leurs attentes lors de la première rencontre.

Nous encourageons à utiliser au maximum les ordinateurs pour l’automatisation des tâches répétitives, telles la comptabilité de votre entreprise ou la gestion des stocks.