Si vous êtes un actionnaire de votre société incorporée, mais que vous avez peu cotisé à vos REER, une solution s’offre à vous : le régime de retraite individuel (RRI). En effet, le RRI peut vous permettre de vous rapprocher davantage d’une retraite confortable tout en ayant le bien-être de votre entreprise à cœur et ce, même si vos cotisations aux REER sont minimes ou inexistantes.

Le régime de retraite individuel (RRI)

Le régime de retraite individuel (RRI) est une alternative intéressante au REER sous certaines conditions. Le régime est instauré pour les actionnaires dirigeants d’entreprises. Les cotisations sont établies à partir du salaire des années antérieures et c’est l’entreprise qui fait les cotisations pour vous. Par la suite, les sommes au régime prennent de la valeur libre d’impôt jusqu’à la retraite, au même titre que les REER. Les coûts et les cotisations au RRI sont déductibles d’impôt pour l’entreprise.

Le principal avantage du RRI est qu’il permet de cotiser des montants plus importants que les cotisations permises au REER, mettant ainsi de plus grandes sommes à l’abri de l’impôt jusqu’à la retraite. De plus, il est possible de verser des cotisations supplémentaires pour les années de service au sein de l’entreprise lors desquelles vous n’aviez pas de régime de retraite via le système de rachat des années passées. Ce système vous est disponible pourvu que vous eussiez amassé des droits lors de vos années d’emploi au sein de l’entreprise depuis 1991. Des calculs actuariels entrent en jeu pour déterminer les sommes que l’entreprise a le droit de cotiser pour vous.

Comme le calcul de vos limites de cotisations nécessite de faire appel à un actuaire, la gestion du RRI peut entraîner des frais importants. Nous parlons des calculs initiaux, les frais d’ouverture de compte et les frais de recalcul annuels. Il n’est pas rare de voir la facture monter dans les quatre chiffres, mais bien souvent, l’avantage qui en découle est supérieur.

Quand choisir un RRI plutôt qu’un REER?

Comme discuté en début du texte, le RRI a un plus grand avantage sur les REER dans certaines conditions spécifiques. En règle générale, il est jugé raisonnable d’entreprendre les démarches pour une ouverture de compte si vous avez au moins 40 ans, que votre salaire reçu de votre entreprise est assez élevé (100k+) et que vous opérez votre entreprise depuis plusieurs années.

De plus, puisque les cotisations au RRI sont préétablies, étant calculées sur le salaire, le RRI permet au bénéficiaire de connaître à l’avance le montant qu’il recevra à la retraite contrairement à la somme reçue du REER qui dépend plutôt de son rendement.

En conclusion…

En tant qu’actionnaire dirigeant de votre entreprise, être bénéficiaire d’un RRI peut vous permettre de vous rapprocher de la retraite dont vous souhaitez sans trop d’impact financier à votre entreprise vue les déductions d’impôts pour le coût et les cotisations au RRI. Bien que n’ayant pas d’actuaires parmi notre effectif Acomptax, nous pourrons répondre à vos questions fiscales par rapport aux deux régimes.