Est-ce que vous vous préparez à négocier votre prochain contrat de travail ou à demander une hausse salariale à votre employeur actuel? Faites jouer les règles fiscales extrêmement simples en votre faveur. Vous pourrez vous en tirer avec plusieurs milliers de dollars supplémentaires dans vos poches, sans effort, année après année.

Les avantages imposables et non imposables

Avec la pénurie de main d’œuvre, les employeurs tentent par plusieurs moyens d’attirer des travailleurs qualifiés en leur accordant des avantages en plus du salaire de base. Un employeur peut, à titre d’exemple, payer pour son employé l’assurance médicale, rembourser les frais de déménagement ou encore offrir un véhicule de fonction.

Dans la grande majorité des situations, ces avantages sont considérés comme un salaire et un impôt est payé. Dans quelques situations bien spécifiques, ces avantages ne sont pas imposés.

Quoi négocier dans votre contrat de travail?

Tout d’abord, faites vos devoirs. Analysez les avantages que l’employeur vous propose. Conviennent-ils à votre situation? Lesquels vous pouvez/souhaitez éliminer? Lesquels vous pouvez/souhaitez modifier pour en tirer un plus grand avantage fiscal? Voici quelques exemples :

Faire payer l’employeur

Le futur employeur de Ricardo lui propose un salaire de 100 000$ et de lui payer la moitié de l’assurance médicale qui coûte 3 000$/année.

Dans notre scénario idéal, l’employeur paierait la totalité de l’assurance et en dernier recours, Ricardo pourrait accepter une baisse salariale de 1 500$ (nouveau salaire à 98 500$). Ricardo économise ainsi 325$ car l’assurance payée par l’employeur n’est pas un avantage imposable au fédéral.

Cette même astuce s’applique si l’employeur assume les dépenses suivantes :

  • Laissez-passer de transport en commun
  • Frais de scolarité et formations
  • Cotisations syndicales
  • Cotisations professionnelles

L’objectif ici est de faire payer l’employeur un maximum, quitte à accepter une baisse salariale.

Réorganiser les avantages

Le futur employeur de M. Anderson, un joueur établi dans le domaine du jeu vidéo, prévoit rembourser à ce dernier ses frais de déménagement de 10 000$ (avion, hébergement, repas…) et ceux de sa famille de Vancouver à Montréal, en plus d’un salaire de 100 000$. 

En analysant le contrat avec son comptable, M. Anderson réalise que ce remboursement sera bel et bien imposé mais certaines dépenses non remboursées ne seront pas déductibles. M. Anderson demande donc de modifier son contrat pour faire en sorte que l’employeur rembourse en priorité les dépenses non-déductibles et qui ne constituent pas un avantages imposable tels que la perte sur baisse de la propriété vendue à Vancouver, frais de nettoyage et inspection. En faisant ainsi, M. Anderson réalise une économie de 4 571$.

Lorsqu’il s’agit de réorganiser ce que l’employeur paie, il n’y a aucun coût pour l’employeur mais l’employé peut économiser des milliers de dollars. Cette technique fonctionne aussi avec les cas suivants :

  • Remboursement de dépenses automobiles
  • Choix de voiture de fonction
  • Prêt pour réinstallation
  • Cotisations à un régime de retraite

Mot de la Fin

Lorsqu’une négociation est réalisée dans les règles de l’art, votre nouvel emploi peut s’avérer bien plus payant qu’anticipé. Mais évidemment, pour en sortir gagnant, un travail préliminaire doit être fait et nous pouvons vous aider à le faire.

Prenez une consultation avec nous dès aujourd’hui.